Au coeur de la pédagogie.

Tous les élèves n'apprennent pas de la même façon ni au même rythme. Les uns ont besoin d'être épaulés alors que d'autres ont  besoin d'être stimulés au delà des exigences moyennes des programmes.

C'est tout l'enjeu de l'aide au travail personnalisé. Les heures consacrées à cet effet varient suivant les besoins de chacun. Les enseignants utilisent les outils de la pédagogie des gestes mentaux ou "gestion mentale". Ils sont également sensibilisés aux apports des neurosciences à la pédagogie.

Une formation a été organisée en ce sens le 6 décembre 2013 à Cambo.  Vous pouvez télécharger le contenu des interventions en cliquant ici :

Voici également  le  compte rendu de Mr Guy Sonnois d'une session de formation  organisée par le collège le 6 décembre 2013:

 

Journée des communautés éducatives à Cambo-les-bains

 
Le 6 décembre 2013, une journée de formation sur les neurosciences et la pédagogie des gestes mentaux, organisée par Mikel Erramouspé et l'équipe du Collège Saint-Michel Garicoïtz, a regroupé tous les établissements, écoles, collèges et lycées du réseau Nive-Errobi, soit 250 enseignants, éducateurs, orthophonistes et autres membres de la communauté éducative. C'était une « première », en ce sens qu'elle réunissait deux intervenants dans des domaines qui jusque-là ne s'étaient pas encore rencontrés, du moins sous cette forme : les neurosciences et la gestion mentale.
 
Le matin il y a eu deux conférences plénières d'une heure et demie chacune. L'après-midi fut consacrée à des ateliers spécifiques pour chaque niveau.
 
Dans la première conférence,  intitulée : « L'apport des neurosciences à la pédagogie », Pascale Toscani a montré toutes les erreurs, toutes les fausses croyances, les représentations inexactes ou fantaisistes que l'on peut se faire du cerveau et de son fonctionnement, ce qu'elle appelle les « neuromythes ». Les recherches actuelles en neurosciences viennent contredire, infirmer, bousculer nos fausses idées sur le cerveau et l'intelligence humaine. Une de ces fausses idées est particulièrement grave pour les pédagogues : celle que les capacités du cerveau seraient « fixées » à la naissance de manière définitive.  Au contraire toutes les recherches actuelles montrent que le cerveau est modifiable, c'est-à-dire qu'il peut se développer à tous les âges de la vie : c'est ce que les neurologues nomment la « plasticité cérébrale ». Ce ne serait pas trop grave si ces erreurs ne concernaient que notre culture personnelle. Mais cela devient dramatique lorsque l'on considère que l'école française dans son fonctionnement quotidien, à tous les niveaux, est fortement influencée par ces erreurs et qu'elles inspirent des actions pédagogiques et des jugements péremptoires, le plus souvent négatifs, sur les élèves. On se rend compte alors de toute l’importance qu'il y a à modifier nos représentations sur ce grave sujet. À la lumière de ces apports scientifiques, tout à fait incontestables, Pascale Toscani conclut : « l'Ecole ne peut plus être ce qu'elle a été. »
 
Dans la seconde partie de la matinée, rebondissant sur les propositions de Pascale Toscani, j'ai montré en quoi la pédagogie des gestes mentaux était particulièrement favorable à la plasticité cérébrale, c'est-à-dire au développement du cerveau. On peut le dire de manière plus raccourcie :
 
« La plasticité cérébrale, c'est bien, mais comment l'utiliser et la favoriser dans l'apprentissage scolaire ? »
 
Pour débuter, j'ai cité un passage du livre de Pascale Toscani « Apprendre avec les neurosciences », page 26 : «« Il est fondamental que les enseignants et les élèves comprennent le fonctionnement de leur cerveau, qu'ils comprennent l'importance de la gestion des fonctions cognitives qui sont en jeu dans le traitement de toute information. L'intégration active de la gestion des fonctions cognitives nécessaires aux apprentissages facilitera la plasticité cérébrale. »
 
Le modèle pédagogique à base de gestion mentale que j'ai intitulé Pégase (projet global d'apprentissage scolaire), n'est pas autre chose que cette « intégration des fonctions cognitives » que sont les gestes mentaux décrits par Antoine la Garanderie, dans un grand projet global qui englobe en les mettant à leur juste place toutes les étapes d'un apprentissage scolaire réussi.
 
Avant de développer Pégase dans ses grandes lignes, en fonction du temps dont je disposais et eu égard à la diversité des publics concernés, j'ai souligné deux principaux apports des neurosciences à cette pédagogie particulière :
  • la fin du règne de la psychologie comportementaliste (un siècle de béhaviorisme !) avec son refus de considérer l'activité mentale (la « zone bleue », voir mon message 71) dans l'étude des apprentissages et qui a imprégné si malheureusement l'Ecole Française depuis 60 ans,
  • l'hypothèse très fortement étayée de l'équivalence entre les états mentaux et les états cérébraux, qui est une confirmation tout à fait capitale de l'intérêt d'une bonne gestion des activités mentales des élèves : agir sur le mental permet d'agir sur le développement du cerveau et donc de favoriser la plasticité cérébrale.
Par ailleurs, les fonctions cognitives dont parle Pascale Toscani sont les mêmes que celles que les neurologues réunissent dans ce qu'ils appellent la  "mémoire de travail".  D'où la formule :
mémoire de travail = fonctions cognitives = gestes mentaux = plasticité cérébrale.
 
Le reste de mon intervention a été ensuite la présentation du modèle Pégase comme le moyen privilégié de redonner à l'école son véritable sens : transmettre des savoirs certes, mais toujours en veillant à ce que cette transition favorise le développement des fonctions cognitives et des compétences des élèves.
 
L'après-midi, avec une cinquantaine d'enseignants de lycée, j'ai repris ce modèle en faisant des
« zooms » sur quatre grands moments de l'apprentissage lycéen et la manière dont on peut les accompagner :
 
  • aider au changement des représentations erronées sur l'école et le travail scolaire,
  • accompagner la compréhension, particulièrement dans la compétence fondamentale de la lecture de tout type d'énoncés,
  • faire découvrir et former les élèves au geste mental de réflexion en situation de résolution de problème,
  • faire découvrir et accompagner l'activité de communication écrite avec son projet d'écrire « pour les autres ».
Au final, une superbe journée qui a, semble-t-il, donné entière satisfaction à tous les participants et qu'on aimerait voir mise en place plus souvent !
 
Guy Sonnois.
 

 

Nos Actualités

Travaux d'agrandissement de l'établissement

Les Travaux ont débuté en juin  2017. Une 1ère phase se termine durant les vacances du Toussaint 2017, la construction du nouveau bâtiment va démarrer courant octobre 2017 pour se terminer en juin 2018.

Une belle fin d’année avec un très bon brevet 2017 !

Le nouveau brevet des collèges a donné ses résultats début juillet et notre collège, cette année encore, a dépassé les 97% de réussite avec 92% de mentions (30% de Mention Très Bien, 40% de Mention Bien et 22% de mention Assez Bien) ! Bravo aux élèves pour leur travail et leur envie de réussir ! Ils ont récolté le fruit de leur sérieux.

L’accompagnement et l’investissement de toute l’équipe, l’organisation originale de la 3ème ont permis aux élèves les plus à l’aise d’assurer leurs mentions avec d’excellents résultats à l’examen et à ceux plus en difficultés de maîtriser les fondamentaux pour faire face aux attentes. 

Enfin, cette année encore, et c’est une constante depuis des années, les élèves ont obtenu des notes aux épreuves de l’examen supérieures ou largement supérieures aux moyennes départementales et académiques ; ce qui place le collège encore une fois parmi les plus efficaces quant à la préparation et la réussite à l’examen.



 

Contactez-nous au

05 59 29 70 60

 

Du lundi au vendredi

De 8h30 à 17h30

Nous contacter


 

 Une lipdub pour découvrir le collège

Agenda


Nuage de mots

Lecteur flash ou javascript absent.
Retour en haut